• C'est quoi ce blog?

    Ici c'est les coulisses, c'est derrière le rideau noir, derrière ce roman qui ne veut plus me quitter alors que le suivant voudrait sortir de mon clavier. 

    Ici c'est chez nous. C'est notre bistrot, notre canapé, notre petit coin pas si virtuel que ça. Si, si, vous verrez...

    Vous trouverez des extraits du roman, des textes tout nus, des bouquins que j'ai quitté à regret, des écrivains admirables, 

    des sites qui valent le détour, des mots, des mots, puisque nous les aimons.

    Pour commander La moitié de l'homme en noir, c'est ici: La moitié de l'homme en noir

     

    C'est qui cette Cathy?

    C'est quoi ce blog?

    Cathy Galliègue est née en Picardie. Champs de betteraves et petites maisons en briquettes rouges, peupliers sur le chemin des écoliers, son imagination prolixe se développe dans ce décor sans relief.

    On la retrouve souvent allongée sur le sol, mâchouillant son capuchon de stylo, fabriquant sur le papier un monde plus beau. Et puis elle va s'élever vers les sommets arrondis du Haut-Jura, elle passera même la frontière et sur les bords du Léman, elle apprendra à parler couramment le vaudois mais à son rythme, tranquillement. Effectivement, il n'y avait pas le feu au lac.

    À cette époque, elle va devenir blogueuse par accident de rencontre. Et les nuits ne seront jamais assez longues. Écrire, encore, sur tout, partout. Et puis la vie parisienne. Drôle de vie. Elle n'aimait ni le métro ni la foule grouillante ni le bruit des klaxons.

    Mais une attachée de presse ne peut être que citadine et branchée. Alors elle court sur dix centimètres de talons de luxe, un énorme sac griffé à la main, deux téléphones au moins, elle boit des coupettes dans les soirée VIP... elle joue son rôle. Mais en douce et en pijama pilou, elle écrit. Un jour, sait-on jamais... Et "La moitié de l'homme en noir" est né.

     

     

    "Et puisque l'écriture est une maladie chronique qui rend celui qui s'y adonne meilleur chaque jour, je ne veux surtout aucun acharnement thérapeutique" ajoute-t-elle, tout sourire.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 18 Janvier 2015 à 19:00

    Comme je me retrouve dans ce que vous dites...à plusieurs niveaux...la GM, la GD, puis les écoles, et encore la GM, puis la retraite et les mots...à flot continu...et l'angoisse de la sédentarisation après 5 enfants et 11 déménagements en 32 ans..... Enfin, tourner la page et se poser...ou comme une mission impossible le fait d'enfin trouver comment vivre à deux (en fait non, puisque la dernière vit encore ici vu son âge!)...

    A bientôt j'espère?....

    2
    Lundi 19 Janvier 2015 à 11:10

    Bonjour Mamifée, bienvenue ici! Oui, nos vies sont très particulières, très pas comme les autres, mais ça n'est pas grave. Ce qui est grave, c'est l'ennui, la vie à deux par habitude, la vie tiède. Quand on se manque autant et si souvent, quand on tremble pour l'autre, quand on se retrouve enfin, on sait que notre vie pas banale, plein de femmes la voudraient. Courage et belle journée!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :